Verticalité

Mon coeur ‎est lourd de tant d'attente
Mon coeur se serre de tant de honte
Pris comme dans un étau
Entre le marbre et la fange
Entre vanité et désespoir 
 
Pourtant les piliers de mes amitiés 
Jean-Philippe, Frédéric et Maxime,
Incarnent cette âpre volonté de digne verticalité 
A trop vouloir me comparer, oublierais-je que l'on s'aime ? 
 
Et que patiemment chacun a semé le bonheur qui fleurit à ses pieds,
Pendant que lentement j'éprouvais ma vulnérabilité 
 
J'ai trop longtemps cherché des excuses
Faute de savoir pardonner
A moi, aux autres, nos offenses
Les leviers pour nous élever.
 
Chaque jour est un pas de danse, 
Un équilibre qui s'élance, 
Vers le ciel libre, en silence,
Puisant dans la Terre sa force.
 
Dans l'humus puis-je cultiver
Patience et régularité 
Pour que le feu et l'eau domptés
Forgent ma verticalité ‎?