2024Actualités

Retour sur le stage avec Sasaki Senseï – 1er et 2 juin 2024 au Dojo du Laurier

Tout d'abord, encore merci Bernard de m'avoir permis de recevoir, recevoir et recevoir encore.

J'ai reçu d'abord dans la vigilance et dans l'appréhension, le corps rempli de volonté de se relâcher et d'apprendre, et cela dans le doute d'être à la hauteur pour recevoir les wasa du Senseï.

Et puis peu à peu tout cela m'a quitté (à part la vigilance et l'attention), emporté par la terrible et douce relation offerte à chaque wasa. Je n'avais plus le temps de penser !

Un bloc à la fois massif et infranchissable mais irradiant comme une douceur, une communication, une sensibilité rassurante en équilibre avec la possibilité d'un éclair, d'un précipice eux même habités de conclusions imparables et rassurantes.

Navigation de l'instant sur ces paradoxes avec des carrefours de peurs et de joies soudaines.

J'essaye de traduire ce vécu en mots avant de tenter de le rejouer en corps et esprit grâce à ton aide et à celle des présentes et présents.

Merci Marette pour les questions et à vous deux pour la transmission orale.

Tous mes remerciements au Senseï avant son départ pour le feu, les sons, les directions, les mots, la détermination.

Jean-Marc


Je me permets un partage après ce stage tellement enthousiasmant. 

Une telle densité d'enseignements...un si grand mystère. Quelle chance d'avoir pu le recevoir

La graine fécondée s'abreuve avec gourmandise et espère capter le soleil, un jour... 

Malgré le sentiment de déroute qui en découle une envie impérieuse de pratiquer car sans cela toutes les questions seraient vaines. Alors je conserve précieusement le dernier mot reçu de Sasaki sensei "Gambate". 

Merci sensei de nous avoir permis de rencontrer un tel Monsieur, j'ose à peine le dire, de pouvoir intégrer une pareille lignée.

Domo arigato gomsaïmashita

Jean


Pendant le stage une montagne s’est dressée devant moi maintenant il faut la gravir petit à petit.

Parfois après l’entraînement je me satisfais d'une petite réussite, d'une technique qui a plus ou moins fonctionnée mais ce stage m’a fait comprendre que parfois ce ne sont que des illusions tenaces (qui sont vite parties en éclat).; rester humble. 

Apprendre à utiliser ses pieds, le ventre qui respire, les épaules relâchées, la main qui tourne, visualiser les croix, ne pas se laisser déborder par les émotions de la rencontre, être présent sans heurter, travailler sur soi, s’interroger... la liste est longue et tous les ingrédients sont difficiles à assembler lors de la pratique. Je retiendrai entre autres être conscient de ses difficultés (elles sont nombreuses me concernant) travailler toujours, persévérer.

Sensei merci pour nous avoir amenés un peu plus loin sur le chemin.

Faut-il déjà dire à l’année prochaine ? 

Bon retour 

Bernard, merci.

Frédéric S


«  Vite vite ! Partager les couleurs de ce stage enthousiasmant ! La fébrilité et l’émotion au début du stage puis … se sentir perdue mais remplie dans le I ku mu su bi… quitter le ken kai et sauter à pieds joints dans le yu kai, s’ancrer au « pont flottant » et s’y mouvoir. Ne rien comprendre, mais sentir, l’appel, le poids et l’ouverture d’une main, le ventre et le dos qui s’avancent. Se laisser guider par les sons, se fondre en eux, faire la croix et sentir le corps qui s’accroît. Echouer, recommencer, encore et en corps , respirer à plein cœur.

Merci Bernard, merci Sasaki Sensei pour cette magnifique étude .

Gratitude

Marie Elisabeth


Ashi, ashi, hara, Te !

Pas à pas, emmené.e par une douceur précise, un regard pétillant de joie, une complicité de rois...et de reine !

Du corps à corps aux corps subtils, qu'importe les années ? Puisqu'il faut faire...

En japonais ou en français, les corps et les énergies bougent, circulent, inspirent, appellent, accompagnent.

Marcher, pratiquer, chaque jour sur le chemin des guides, qui nous appellent du dos de leurs voûtes solides et transportent les énergies de la Terre au Ciel.

Aaaooouuuueiii

Merci !

pour cette belle et simple rencontre

Sylvain

 

Un petit message pour souhaiter bon voyage à Sasaki Sensei, avec un grand grand MERCI à lui et bien sûr aussi à toi pour ce stage.

Sa venue était un magnifique cadeau qui nous oblige en quelque sorte.

Pablo


Merci d'avoir fait venir Sasaki sensei  et pour tout le travail et la fatigue que cela a dû te donner. Je voudrais garder en mémoire tout ce qu'il nous a dit et montré. Le faire passer dans le corps est difficile. J'espère qu'il reviendra.

Marie-Annick 


J'ai vécu un moment magique. 

Mon message est bien léger et pauvre, je ne sais jamais trop exprimer mais je préfère encore ça à ne pas faire signe après ce que nous avons vécu. 

Merci encore

Hélène 


Voici, une nuit de sommeil profonde et tranquille comme longtemps je n’en avais eu !

Merci beaucoup Bernard pour ces deux jours remplis.

Je me sens rempli.

J’ai hâte de continuer ce travail. En attendant le stage d’aout, il va imprégner mon travail mon assise et le yumi.

Un grand merci au senseï. J’ai été tellement touché par sa simplicité et son implication à transmettre ce niveau de recherche si personnelle et si profonde. Cela montre toute la confiance qu’il a en toi !

Profitez de cette journée plus calme, avant le départ de demain.

Les yoroshiku et remerciements au senseï

Frédéric P


Je perçois cette chance inouïe que de pouvoir bénéficier de la présence de Sasaki Senseï, de son expérience et de ses enseignements. Il me semble qu’il nous offre un programme de travail pour une vie entière ! Une très grande partie reste hors de portée pour moi, dans l’invisible, mais c’est très inspirant de savoir que c’est là plus loin, devant.

Merci infiniment à Sasaki Senseï de nous offrir cela avec tant de générosité.

Merci Bernard, de nous offrir cette possibilité en organisant la venue de Sasaki Senseï dans notre Dojo.

Merci également à Marette, pour le bouquet et les traductions.

Mathieu


Bernard,

Je souhaite t'exprimer ma gratitude pour avoir permis la rencontre avec Sasaki Sensei.

Pour moi, une rencontre d'émotions et de regards, de silence et de mots inconnus, à l'énergie et à la dimension encore non perçue dans sa profondeur tellement elle semble ample.

Sourire et douceur, sobriété et puissance, subtilité et humilité.

Joie et privilège que de partager son enseignement. Il élargit mon cheminement vers l'aïkido.

La voie de l'âge tel qu'il nous l'a partagé, me semble joyeuse et belle.

Profondément inspirant.

Merci à Marette et à toi d'avoir créé cette connexion.

Christophe


Merci à toutes et à tous

Les photos ont reflété beaucoup d’attention et de sensibilité.

Aujourd’hui lundi nous avons longuement marché, Sensei et moi même sur le chemin longeant l’Arbas jusqu’au village. A petit pas lents et attentifs nous échangions nos silences autant que des commentaires sur notre pratique. Je me confiais et Sensei ne manquait pas d’ajuster toujours dans le « jibun no Keiko »  (la conscience de son propre entrainement).

Ce fut pour moi d’une grande richesse tout en étant parfois honteux.

Demain nous nous en irons à Toulouse et comme son avion est reporté au lendemain nous dormirons chez Cylène et Paul. Les enfants étant ravis de ce chamboulement de programme.

Je compte passer au Dojo vers 12h et Sensei souhaite nous inviter au restaurant Cylène, Paul, Marette et moi, disant qu’il avait trop d’argent et qu’il souhaitait en dépenser. 

Pas mal de difficultés internet pour reprogrammer son billet et l’efficacité et le bon sens de Marette vinrent à bout des problèmes rencontrés. Cela dura 2 bonnes heures où nous ne manquâmes de rires devant nos incompétences. Sensei n’est lui aussi pas si doué avec l’internet. 

Nous triâmes les photos encore 2 bonnes heures et Sensei ne manqua pas d’être sévère avec lui même ainsi qu’envers mes commentaires. Toujours à son attention de ce qui n’est pas visible.

Nos conversations naviguaient ainsi entre silence et paroles où les banalités côtoyaient les réflexions profondes toujours avec la même intensité…

Je vous relaterai la dernière journée ….

Bernard


Mercredi 5 juin

J’ai déposé ce matin mercredi le Précieux à Blagnac.

Nous avons dormi chez Cylène pour un levé à 5h30.

Présence implacable…. Keiko continuel …

A l'année prochaine !