Rendez-Vous

Une pleine lune, l’Automne, un nouveau Dojo, des anciens qui s’activent généreusement, d’autres qui disparaissent sans le mot, ainsi va.

« Rendez-Vous » voilà une bien jolie formule qui semble disparaître ainsi que son sens. Il fut un temps on parlait plus de Rendez-Vous galant, de Rendez-vous amoureux mais aussi tout proche, le : se rendre, acte de paix plus que de défaite.
En Aïkido on dépose son hallebarde en signe d’arrêt du combat.
Au Kyudo, on s’écarte des manigances de la réussite et le cœur invite à la manière de nous en acquitter.
Là encore tout est à faire tout et à construire, tant les habitudes sont tenaces, tant les motivations sont handicapées par de vaines tendances.

Cette formule de rencontre ne s’emploie plus guère que dans les affaires.
Pourtant quelle belle expression appliquée à nos pratiques ou à notre manière de vivre, car c’est avec soi-même qu’on est convié.

Notre monde moderne est organisé ainsi ; on débute quelque chose vers septembre, on planifie, organise, on dit qu’on va faire cela ou cela avec même un peu d’euphorie qui s’installe… Et on prend des résolutions qui ne seront presque jamais tenues et comme on dit dans la chanson : « que je suis triste et stupide »…
Certains la reconnaîtrons…

Cette année deux nouvelles rencontres vont aiguiller nos chemins de pratiques.
Nous avons quitté le Dojo rue Belle Paule, célébrant ce passage par un fort beau moment d’exposition et avons quitté sans le regret.
Ce lieu nous servit pendant 25 années abritant nos entrainements mais aussi de beaux épisodes.
Souvenez vous :
*Les démonstrations de calligraphie avec Tomomi Kurihara.
* Les concerts de bols chantants avec Tomo ( belle histoire en hommage à cet artisan disparu dans le Tsunami de Fukushima),
*Les enseignements de Sasaki Sensei accompagné de Tazuko son épouse, *Et aussi par deux fois les moines tibétains purifiaient le Dojo de leurs magnifiques Mandala.
* Les reliques bouddhistes accueillirent plus de 1000 personnes en quelques jours.
* Aussi Mercedes et son théâtre de marionnettes merveilleuses ravissaient grands et tout petits.

Il m’était à cœur au fil de mes rencontres d’inviter des artistes remplis de sincérité artistique et ainsi éclairer notre Dojo.
Ce lieu peu à peu se chargeait d’un sentiment tout particulier. Les visiteurs ne manquaient pas de le souligner. Pourtant rien de spécial dans cet endroit, bien au contraire, un vieux garage noir et malpropre, imprégné de l’ambiance des ambulances qui y stationnaient et cela dans une rue banale.
Le Dojo une fois installé, s’éclaira au fur et à mesure avec ce qu’il s’y passait. Rendez vous de pratique régulière, Rendez vous de moments artistiques, Rendez vous d’instants remplies de religiosité.
Oui des moments décidés, attrapés, tenus, soudains et imprévus, demeurent un trésor. Le Keiko* est aussi cela, une fortune, un ferment et mes professeurs ne manquaient pas de le dire. Il s’agit pour nous de les saisir en plein vol. Ainsi après de longue années, n’ayant encore point abouti dans ma quête, je le constate avec gratitude. Pratiquez régulièrement, se conformer aux règles de celle -ci, cheminer ainsi avec régularité, faisant peu à peu passer le Choix avant ses loisirs, cela est la voie.
Et rien de spectaculaire dans ce fait, car tout se passe, se construit dans l’invisible.

Cette année un nouveau Dojo nous accueille. Cette rencontre a jailli bien mystérieusement et je suis plein de reconnaissance envers ce qui a traversé mon chemin. Je vais tâcher d’y œuvrer pour moi et pour mes compagnons de route.
L’un ne va pas sans l’autre.
Aussi à deux grands pas de Toulouse, le Dojo du Laurier qui a éclos dans son milieu tout particulier.
Ces nouveaux endroits sont déjà lumineux. Ils vont nous inviter à approfondir nos pratiques avec application.
Tout n’est que Rendez-Vous. Il y en a qui passent l’air de rien, comme une brise légère, mais tellement puissante.

Tout n’est que Rendez-Vous. La montagne que l’on arpente, le torrent et ses eaux claires et joyeuses, l’océan et ses vagues dangereuses, le regard d’un enfant, un conseil, un regard, une attention, un silence, un enseignement…

Vivons les pleinement afin que le dernier soit sans regret.

* Keiko : entrainement